Clarissa JEAN-PHILIPPE

8 janvier 2015 - MONTROUGE (92)

Clarissa jean philippe 572004 w1000  A3 hommage clarissa 1 630x0

Age : 26 ans

Service : Police municipale de Montrouge, gardien 


Parcours professionnel : 

Après un stage d'agent de sécurité en 2008, Clarissa Jean-Philippe intègre la police municipale de Montrouge en 2013 en tant que stagiaire. Elle fera l'unanimité auprès de ses collègues qui l'ont tous décrite comme une jeune femme vive et dynamique. Bien que son stage n'ait commencé que depuis quelques semaines, et malgré sa nature discrète et réservée, elle était parvenue à se faire une place au sein de son service.


Circonstances : Ce jeudi, vers 8h20, alors que l'attention des médias est retenue par l'attentat de Charlie Hebdo, un homme armé d'un fusil mitrailleur de type Kalachnikov, protégé par un gilet pare-balles, ouvre le feu sur les policiers municipaux présents sur place. Clarissa intervient sur un banal accident de la circulation. Elle est atteinte de plusieurs balles dont une dans le cou. Elle n'était pas armée à feu mais porte un gilet pare-balles qui ne lui servira à rien. Prise en charge rapidement par les secours, son pronostic est immédiatement engagé. Elle succombe à ses blessures quelques minutes après les coups de feu.
Un agent de la voirie de Montrouge a également été blessé gravement lors de la fusillade. 

Ce drame intervient moins de 24h après l'attaque meurtrière contre Charlie Hebdo, dans laquelle 2 policiers nationaux ont été tués, Ahmed Merabet et Franck Brinsolaro. 


Contexte : La France est sous le choc. Après l'attentat perpétré contre le journal Charlie Hebdo, Clarissa fera partie des 17 victimes du terrorisme djihadiste orchestré par plusiseurs fanatiques dont Amédy Coulibaly, son meurtrier.

Originaire de Martinique, Clarissa était venue en métropole pour servir la République. 
Elle était célibataire et sans enfant.

Les policiers municipaux, révoltés par ce nouvel assassinat 5 ans après celui d'Aurélie Fouquet, réclament de nouveau l'armement systématique des agents de police municipale auprès du gouvernement. En vain.
 

 


Hommage : Ses obsèques religieuses sont célébrées en présence de la ministre des territoires d'outre-mer, George Paul-Langevin, accompagnée de Marc Vizy, le conseiller outre-mer du président François Hollande et du préfet de région Martinique Fabrice Rigoulet-Roze et de plusieurs personnalités politiques de Guadeloupe, Martinique et Guyane.

 A l'issue de l'office religieux, le corps de Clarissa a été inhumé au cimetière Lassalle de Sainte-Marie le 19 janvier.

Clarissa a été promue brigadier de police municipale à titre posthume et chevalier de la légion d'honneur avec citation à l'ordre de la Nation.
 

Hommage clarissa

Le 15 août 2015, une statue du sculpteur Jean-Marc de Pas, conçue en métropole à partir d'une photo Clarissa, a été inaugurée sur une esplanade au Nord de la ville de Sainte-Marie (Martinique).

Le 9 janvier 2016, le square Aristide Briand sera débaptisé au profit du square Clarrisa Jean-Philippe sur la commune de Carrières-sous-Poissy (78) où la jeune femme résidait. 

A cette date, la ville de Montrouge (92) ajoutera également à l'avenue de la paix, le patronyme de Clarissa en présence du chef de l'Etat François Hollande.

Courant 2016, une nouvelle rue sera dédiée à Clarissa sur la commune de Villepinte (93), là où le futur poste de police municipale sera implanté.

VillepinteMadame le Maire de Villepinte et son adjoint à la sécurité  (source : Le Parisien 10/01/2016)

Carrieres sous poissy

Hommage en 2018 devant le square Clarissa Jean-Philippe à Carrières-sous-Poissy 


Enquête judiciaire : Le meurtrier ayant été abattu par les forces spéciales d'intervention le 9 janvier dans l'épicerie Hyper Casher, aucune poursuite n'est engagée.


 Journal télévisé du 19 janvier 2015 
 (source : France TV INFO)
Les obsèques de Clarissa en Martinique

 

Paris victims 3161088c

 

×